Histoire et Monuments

Crucheray

Crucheray est un petit village très ancien. On y a retrouvé des traces d’établissements Gallo-Romains. La preuve de cette existence Gallo romaine a été prouvée grâce à la découverte d’un trésor au XIXème siècle de pièces de monnaies romaines à l’effigie des empereurs de la dynastie des ANTONINS. Ce trésor a probablement été enfoui au moment de l’invasion des barbares au IV e siècles. Une voie romaine traversait Crucheray et existait encore au XVIIIe siècle. Ce passage était l’ancienne route de Vendôme à Blois. Il y avait aussi à Crucheray un vieux chemin que l’on appellait le chemin de MONTOIRE et qui a disparu aujourd’hui. C’était l’ancienne route de Blois à Montoire.

L’église Saint Pierre de Crucheray

Dans le bourg de Crucheray se trouve l’église Saint Pierre qui est d’origine ROMANE et qui a été construite à différentes époques. Dans le cœur et le sanctuaire de cette église, on y trouve des traces du XIe siècle. Elle a été sensiblement agrandie au XVe siècle avec patron Saint Pierre. La cloche de l’église date de 1624.

clocher-de-leglise-st-pierre-crucheray eglise-st-pierre-de-crucheray vitraux-eglise-saint-pierre-de-crucheray fenetre-eglise-de-crucheray interieur-eglise-de-crucheray christ-sur-la-croix-eglise-de-crucheray

A.N.A.C.R : Association national des anciens combattant et des ami(e)s de la résistance.

anacr

Gravure souvenir … LE PLESSIS LA COUR

plessis-la-cours-crucheray

Le Plessis-la-Cour est un manoir devenu au fil du temps une simple ferme offrant tous les caractères d’une construction du XVème s. Il relevait directement du Bouchet-Touteville.ererere Au moment de la saisie faite en 1638, ce manoir consistait en : – Un logis et bâtiments couverts d’ardoises pour le maitre, composés de cinq chambres à feu, grenier, garde-robes et caves dessous. – Le logis du métayer composé d’une chambre à feu et de deux sans cheminée, – Deux granges, étables…. pressoirs, fuie à pigeons, le tout enclos de murailles, avec une porte charretière…fosse et fossés à l’entour des dites murailles… (R. de Saint-Venant)